Présentation d’ouvrage

Jeudi 22 janvier 2015

Le Professeur Jean-Louis Atangana Amougou, doyen de l’Université de Ngaoundéré et Directeur du Centre d’Etudes et de Recherche en Droit International et Communautaire (CEDIC) de l’Université de Yaoundé II, et le Dr Achille Ngwanza, Chargé d’enseignement, Université Paris 2 Assas

ont présenté en présence du Dr J.J. Atangana, Ministre conseiller auprès de l’Ambassadeur du Cameroun en France et du Dr Keye Ndog, Deuxième Conseiller, Chef du Centre de communication de l’ambassade du Cameroun en France

l’ouvrage issu du colloque organisé par Les Cinquantenaires de l’Indépendance et de la Réunification du Cameroun  à l’Université Ngaoudéré

 

Couv-cameroun&di

 

Au sein de la librairie des éditions A.Pedone

Au sein de la librairie des éditions A.Pedone

 

 

 

S’interroger sur le Cameroun à travers la relation qu’il entretient avec le droit et les institutions internationales, tel est le choix qui s’est imposé au travers de la thématique générale du colloque organisé à l’occasion de la célébration des cinquantenaires de l’indépendance et de la réunification de ce pays souvent présenté comme l’Afrique en miniature.
Comme le disait le Président du Comité de l’organisation desdits Cinquantenaires, le Cameroun peut être considéré comme un enfant du droit international.
En effet, à travers les divers régimes juridiques sous lesquels le territoire du Cameroun a vécu, il l’a toujours été sous la protection et le regard bienveillant du droit international (Protectorat allemand, Territoire sous mandat de la Société des Nations et plus tard Territoire sous tutelle de l’Organisation des Nations Unies).
Est-ce ceci qui explique pourquoi le Cameroun et ses dirigeants ont toujours mis un accent particulier au respect du droit et des institutions internationales?

Les divers panélistes à travers leurs communications ont tenté de répondre à cette interrogation au travers des thématiques particulières telles que :
– le Cameroun, les organisations internationales et le maintien de la paix ;
– le Cameroun et les juridictions internationales ;
– le Cameroun et le droit international des droits de l’homme ;
– le Cameroun et le droit de l’intégration régionale et sous-régionale ;
– le Cameroun et les institutions financières internationales ;
– la prise en compte du droit international au Cameroun.

Donnez-nous votre avis !

Êtes-vous humain ? * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.